06 71 46 71 67 contact@eurythmia.fr

TRANSITION ECOLOGIQUE
ou démarches à impacts positifs

Un parcours d’accompagnement sur mesure pour une aventure collective unique autour de la durabilité de l’entreprise.

#Innovation sociale, #Transition écologique, #Organisation durable, #RSE, #Accompagnement des leaders, # Innovation managériale, # Amélioration du climat social, # Economie circulaire, # Embarquement collectif, # Mesure d’impact, #Accélérateur de projet, #Participation, #Intelligence Collective.

Votre contexte

Vous percevez que votre secteur évolue ou évoluera dans quelques années, ou qu’il a déjà commencé à changer et vous savez que vous devez vous adapter à toutes ces mutations (économiques, sociales, géographiques, environnementales …) pour assurer la pérennité de votre activité ?

Vous avez peut-être déjà fait des tentatives développement durable ou RSE mais vous en percevez les limites ?

Vous savez que l’entreprise est un terrain de jeux qui a sa part d’influence dans la co-création de ce monde ? Vous avez peut-être aussi à cœur de développer la transition écologique car vous avez compris l’urgence ?

Vous envisagez de faire de ces obstacles, une opportunité ?

 

« L’écologie est une opportunité de répondre aux crises multiples et de créer des modes de vie plus épanouissants pour l’Homme. Il ne s’agit pas de faire plus, mais de faire mieux. »

Pourquoi faire de la transition écologique ?

PME, ETI, vous ne voulez plus subir mais plutôt surfer sur les mutations : économiques, réglementaires, sanitaires, sociales, environnementales, technologiques, de consommation … ? Vous souhaitez générer plus de bonheur tout en menant des projets économiquement viables ?

Imaginez une ville de 4 millions d’habitants dans laquelle les citoyens font la queue chaque jour pour obtenir 50 litres d’eau, où des chansons d’1min50 sont créés pour permettre aux habitants de respecter le temps de douche adéquate, où le trafic de l’or bleu devient plus important que les drogues, où il est encouragé de tirer la chasse des toilettes avec un seau d’eau usée, où la consommation des professionnels est comparée aux années précédentes… C’est déjà la réalité de certaines villes. Mutations économiques, réglementaires, disponibilité des ressources, nouvelle tendance de consommation, exigences des salariés … en tant qu’entreprise, vous devez vous adapter à toutes ces transformations profondes et rapides pour garantir votre pérennité.

Ces « difficultés » peuvent devenir des opportunités en créant de nouvelles manières de faire bien plus créatrices de valeur ajoutée. L’issue se trouve dans le fait de réinventer ses pratiques pour positionner l’entreprise au sein d’un écosystème résilient et régénératif. C’est à dire, une structure capable de retrouver un équilibre après l’encaissement de chocs mais surtout de produire plus de bénéfices que sa consommation des ressources sur toute sa chaîne de valeurs (sociale, économie, organisation, qualité de services …) pour toutes les parties prenantes  (autres entreprises, institutions, environnement, citoyens …). La transition écologique est donc une chance de produire plus d’impacts positifs à moyens constants ou descendants.

Bien plus qu’une contrainte, la transition écologique redonnent du pouvoir d’agir dans des contextes, a priori, figés. C’est une dynamique qui mobilise, impulse, ré-insuffle de la vie, provoque le courage, l’espoir et l’action. L’écologie est un outil méthodologique transversal qui amène toutes les parties prenantes à co-construire autour d’une vision partagée et à dépasser leurs passions au service de quelque chose de plus grand qu’eux. En effet, car elle rassemble autour d’objectifs communs : qualité de vie, santé, amélioration du cadre de vie, lien social, développement local durable, création d’économie régénérative… Ainsi, par l’engagement et l’intelligence collective nous produisons des nouveaux moyens d’actions plus efficients et des résultats plus impactant.

Cela peut donner lieu à : la création d’une entreprise de compost hyper nutritif à partir de couches de bébés usagées et offertes gratuitement aux parents, la création de nouveaux bateaux de pêche aux technologies respectueuses de la mer, la réutilisation du marc de café pour produire des champignons, l’utilisation de chardons comme lubrifiant, désherbant et écoplastique, la transformation de la pierre pour fabriquer du papier, la culture de champignons pour dépolluer, la création d’enveloppes fabriquées sans emballages avec de l’encre et de la colle végétale …

PERFORMANCE DE L’ORGANISATION :

L’entreprise durable sait optimiser ses processus et diminuer ses besoins de matière et d’énergie. Son fonctionnement transversal crée de la cohésion d’équipe et réduit les nécessité d’encadrement et de contrôle.
L’organisation peut faire des choix éclairés et résoudre tous types de difficultés. On obtient de nouvelles solutions et on gagne en pertinence, cohérence et efficacité. Ces espaces interstices où se rencontrent toutes les parties prenantes provoquent une position méta, un espace de prise de conscience et d’analyse de pratique entre pairs et experts. On y apprend à faire mieux avec des moyens constants.

AMELIORATION DE L’EXPERIENCE CLIENT :

Etre une entreprise durable, c’est augmenter la qualité et apporter plus de valeur ajoutée à ses clients, aux parties prenantes et à l’écosystème. Les utilisateurs sont intégrés à la démarche pouvant déboucher sur l’innovation de produit et/ou services. La méthode installe les conditions pour optimiser l’existant à travers la créativité et la coopération.

La méthodologie de la transition écologique permet de trouver de nouvelles solutions aux enjeux de plus en plus complexe de notre monde et de s’adapter en temps réel aux évolutions, aux mutations, aux nouveaux modes de vie (d’habiter, de travailler, de commercer, de se divertir), …

DEVELOPPER TOUS LES POTENTIELS :

Alexandre Gérard (le chef qui ne voulaient plus être chef) indiquait : « Ca manque de sens de payer des salariés pour utiliser simplement 10% de leurs capacités ». 

Dans l’entreprise durable, chacun œuvre dans l’intérêt de la vision partagée. Le fonctionnement crée de la liberté encadrée, développant ainsi de nouveaux possibles. Plus que du bonheur au travail, les salariés peuvent se réaliser. Incités à une posture d’acteur proactifs, impliqués, responsabilisés, ils développent des relations constructives, des nouvelles compétences et des softs skills indispensables (écoute active, gestion des émotions, …). Le tout avec plaisir.

PERENNITE :

L’entreprise durable intègre la complexité et s’adapte aux contextes imprévisibles en perpétuels évolutions (épidémie, matière première de
plus en plus chère, réglementation … ). Elle est agile pour s’adapter à toutes les situations. Cette capacité à faire unité au sein de l’écosystème, à communiquer, à co-construire, favorise l’anticipation sur les évolutions et permet d’avoir un coup d’avance provoquant ainsi la durabilité.

« Il n’y a pas de transition sans coopération. »

Quels résultats ? 

Personne n’a dit que changer son entreprise pour devenir une entreprise à impacts était facile mais personne n’a dit que c’était impossible.

A présent, imaginez que votre entreprise soit composé uniquement de collaborateurs au maximum de leur potentiel, capable de dépasser chaque contraintes, créatifs pour optimiser les moyens, pleinement acteur dans l’entreprise au service du but commun et ayant des relations uniquement constructives. Enthousiastes et bienveillants, des communautés de travail se crée autour de sujet important. L’organisation devient donc agile, capable de s’adapter à toutes les situations instantanément. Elle utilise comme ressource tous les talents présents. Cette organisation au fonctionnement écologique et durable, offre alors une expérience client incomparable en interne comme en externe.
Un rêve ?
Pourtant de nombreuses entreprises fonctionnent ainsi : Gore, Favi, Chronoflex, Buurtzorg, …
Ils sont dans des domaines très variés, ont tous de nombreux salariés et ont multiplié leur chiffre d’affaire de manière inestimé.
Chez Chronoflex, par exemple, ils ont résisté à la crise, sont devenus leader dans leur domaine et ont multiplié leur CA par 4. A leur libération, la simple annonce du changement de modèle d’organisation a fait immédiatement augmenter le chiffre d’affaire de 20%. Ce qui corresponds à la part d’auto-sabotage des salariés en réaction à leur environnement de pression dans une organisation pyramidale.
Alors qu’ont elles de différent ? Elles ont créé un cadre nourrissant permettant à chacun de s’épanouir et donc, par effet rebond, de créer de la valeur.

Ecosystème Transition écologique

En savoir plus !

Le récap de tout ce qu’il faut savoir sur la transition écologique en entreprise et le parcours possible d’Eurythmia.

Pour mettre en oeuvre la transition écologique au sein d’une entreprise, qu’elle soit Pme, eti ou national, il n’existe pas de réponse unique, de méthode copier-coller mais un faisceau de bonnes pratiques. Les informations du document suivants sont un exemple. La meilleure intervention pour vous est à définir sur mesure lors d’un premier rendez-vous.

Deviens celui que tu es !

Fais ce que toi seul peux faire !

Sois le maitre et le sculpteur de toi même !

Friedrich Nietzsche

Quelques principes de base ?

Alors comment provoquer les transformations souhaitées ? Comment passer de la réalité de terrain d’aujourd’hui, à la réalisation concrète de cette vision ? C’est tout une ingénierie à laquelle il faut penser.

Le contexte actuel est un signal fort pour les entreprises à ne plus faire comme hier et à entrer dans des organisations plus vivantes et durables. Faire autrement, c’est utiliser cette situation comme un tremplin pour : profiter des ressources déjà disponibles, diminuer ses besoins en matière et en énergie, développer son autonomie, créer de la nouvelle valeur à partir de « déchets », réorganiser les échanges à la plus petite échelle et revitaliser l’économie locale, revoir son modèle économique, revisiter une stratégie commerciale axée sur la valeur qui génère d’avantages d’emplois et de revenus, utiliser l’intelligence collective, développer une organisation agile répondant à l’imprévisible, avoir un climat social épanouissant, passer du linéaire au système circulaire, optimiser ses processus, expérimenter de nouvelles solutions, innover, expérimenter, mesurer l’impact réel, … Cependant, il n’existe pas de réponse unique, de méthode copier-coller mais un faisceau de bonnes pratiques pour devenir une entreprise à impacts positifs.

Partir de l’existant :

Avec sobriété, c’est le temps de l’incubation par le facilitateur : observations, recueil des matériaux, collecte des attentes, rêves, contraintes … Une fois l’ensemble des éléments recueillis, l’animateur peut alors constituer une offre intéressante à des acteurs sélectionnés.

Construire en marchant :

Dans l’ancien monde, on créait des solutions à partir d’ingénieurs et de spécialistes qui les concevaient et décidaient entre eux avant de les déployer sur le terrain. En transition écologique, on invite les experts techniques mais aussi les experts de l’usage (ceux qui font, comme les salariés), on réfléchi un peu mais surtout on apprends en faisant, on expérimente pour trouver la solution.

De la diversité :

En permaéconomie, on sait que la diversité est essentielle à la vie. C’est pourquoi, il est nécessaire que toutes les parties prenantes y soient représentées.

Un cap commun :

Clairement identifié par chacun, c’est un cap, une problématique pour laquelle tous les membres ont envie d’agir. C’est une raison d’être qui fédère même si personne ne sait forcément comment y répondre. Elle doit pouvoir s’exprimer facilement par tous.

Des victoires rapides :

Les membres de la démarche doivent être témoin que leur alliance a permis une performance sur leur cap collectif. Comme ce qui ne se voit pas n’existe pas, il est essentiel de rendre visible. C’est pourquoi ces petites victoires doivent être facilement réalisables et en même temps suffisamment symboliques pour offrir du sens.

Mesure d’impacts :

L’efficacité des actions réside dans la mesure de l’impact. Il n’est plus question de résoudre un problème pour en créer un autre ou de mettre en place « de fausses bonnes idées », « de contrôler, prévoir, calculer, maîtriser » alors que l’écologie demande plutôt « d’accompagner ce qui émerge, d’observer, comprendre, co-construire les solutions, expérimenter et réajuster en permanence ». La réussite ne se traduit plus par une obligation de moyen, mais bien par une recherche d’amélioration et de résultats tangibles. Tous les axes de la transition écologique deviennent des indicateurs qui se mesurent et se célèbrent à chaque amélioration.
Cette mise en visibilité des impacts crée un levier de motivation interne puis ensuite de levier de reconnaissance externe.

Mettre en place la transition écologique demande une méthodologie particulière basée sur : l’intégrité, la coopération, la systémique, une intention claire et un chemin d’expérimentation.

 

Catalogue des formations

Télècharger le récapitulatif du lancement d’une telle démarche et le catalogue des formations à l’écologie en entreprise : voyages apprenants, hackathon, écopsychologie …

La méthode ?

Puisque qu’il ne suffit pas de décréter de nouveaux comportements pour qu’ils s’incarnent, il existe une méthodologie particulière pour la transition écologique. Voici un exemple d’intervention en 10 étapes mais celles-ci doivent se concevoir sur mesure en fonction de vos spécificités.

Préparation des dirigeants

D’abord nous échangeons sur vos intentions, nous vérifions les contraintes et nous fixons un objectif compatible. Suite à cela nous instaurons le cadre des possibilités.

Tout changement d’une organisation pyramidale classique à celle d’archipel du nouveau monde, nécessite que les dirigeants incarnent le nouveau paradigme, qu’ils prennent le rôle de leader inspirant et du jardinier qui créent les conditions favorables au changement et au vivant. Sans modifications structurelles de grande ampleur, cette étape auprès des leaders et dirigeants (et managers) est une prise de recul, un accompagnement qui modifie déjà en partie l’entreprise.

Journée Marathon Inspiration

Avec tous les collaborateurs, c’est l’étape de la découverte des enjeux, de l’état des lieux, des prises de consciences et de l’inspiration.

Par le jeu, avec tous les collaborateurs nous plongeons dans les abîmes en toute sécurité. Nous vivons collectivement une expérience créant les prises de conscience nécessaires et les fondamentaux d’une culture commune.
Puis nous remontons la pente par l’inspiration et le retour d’expérience d’autres organisations afin d’aboutir à la vision partagée. Celle-ci émerge par l’intelligence collective à travers une expérience de co-construction agréable et efficace. Expérience qui fait vivre le nouveau paradigme et offre une référence pour l’organisation à venir. La vision qui est alors covalidée devient la boussole de toutes les actions et décisions de l’entreprise.
C’est l’étape du « saut en parachute » car c’est une journée tellement transformatrice que les anciens schémas ne seront plus acceptables.
Nous y vivons le nouveau paradigme.

Visions Partagées

C’est le moment où le collectif identifie ce qui le rassemble. Le cap est covalidé et devient l’élément de référence de toutes les actions suivantes. Une intention claire mais un chemin d’expérimentation.

Autodiagnostic et premiers pas gagnants

Chaque service réalise le bilan de la durabilité de son secteur. Ils identifient les changements possibles, les petits pas possibles et quelques grandes orientations.

Au sein de chaque service, les salariés réalisent le bilan de leur unité. Qu’est-ce qui s’approche et dissone avec la vision partagée ? Qu’est-ce qui pourrait être amélioré ? Quels sont les indicateurs de réussite ? Comment rendre visible l’impact de nos actions ? Quelles sont les premières améliorations concrètes à mettre en place ? Qu’est-ce qui serait le plus facile à réaliser ? Quels sont les moyens adéquates nécessaires ?

Chaque unité réalise en toute autonomie les premiers pas gagnants.

Une fois le bilan réalisé, il sera transmis à l’équipe d’ambassadeurs pour leur servir de point de départ.
Chacune des réussites est ensuite célébrées à la manière choisie par l’organisation : tableau public, événements …

Groupe d’actions des ambassadeurs

Soit volontaire, soit constitué par une élection sans candidat, ils ont pour mission d’impulser les transitions par l’intérieur dans la direction de la vision partagée. Avec un fonctionnement en gouvernance partagée, ils avancent par projet.

Les ambassadeurs ont pour mission d’impulser les transitions par l’intérieur, à condition qu’on leur donne les moyens (temps, montée en compétences …).

La constitution du groupe peut se faire de deux façons :

– la plus rapide avec une élection sans candidat. C’est toute l’entreprise qui définit le rôle des ambassadeurs et qui les élit à travers un processus strict, sans que personne ne se porte candidat.

– la plus sécurisante : les forces vivent sont identifiées à travers les premières actions et le groupe se constitue par désignation et volontariat.

Le groupe d’ambassadeurs fonctionne en gouvernance partagée et par projet.

La gouvernance partagée est instaurée par les facilitateurs extérieurs à l’entreprise. Elle implique que chacun ait la même importance, que les décisions soient prises en intelligence collective, que le débat ait sa place, …

Ainsi le groupe établit ses règles et son fonctionnement avec l’aide du facilitateur. Ensuite, ils s’auto-organisent pour se réunir et avancer sur les chantiers.

Montée en compétences des ambassadeurs

Le groupe d’ambassadeurs enquête sur une thématique. Ils développent la connaissance, interrogent les parties prenantes et conçoivent des solutions.

Explorations guidées : Ces temps sont animés par un facilitateur pour assurer le bon fonctionnement du groupe et l’amener toujours plus loin. Ils servent aussi à faire émerger des idées, créer et suivre le plan d’action, vérifier le bon déroulé de la démarche, réajuster en fonction des feed-backs, permettre l’analyse de pratique, transformer les essais en réussite, faire des études de cas… Ils sont la clés des évolutions concrètes. Ces explorations guidées seront de moins en moins fréquentes en corrélation avec l’autonomie acquise…

Formations : Dans le cadre des enquêtes menées par le groupe d’ambassadeurs, ils doivent monter en compétences. Pour cela, nous avons la possibilité de créer des formations sur mesure ou de les dispenser à partir du catalogue de formations téléchargeable ci-dessous. Elles sont réalisées par un réseau d’experts sollicité en fonction des besoins en entreprise ou en extérieur.

Prototypage

La méthodologie de projet implique que le groupe choisit un sujet sur lequel il va enquêter (état des lieux, benchmark, formation …), puis il créera une solution sur mesure à soumettre à l’entreprise lors de la journée annuelle de l’innovation.

Lorsque la solution sera amendée et validée pendant les journées d’innovation sociale, le groupe d’ambassadeurs sera chargé de suivre la mise en place, de capitaliser sur les retours d’expérience et de réajuster.
Ici, pas de plan mais des avancées qui se construisent en marchant.

Le premier chantier de transition sera un projet à faibles enjeux. Il servira de terrain d’expérimentation pour réaliser tous les réglages nécessaires. A toutes les étapes (conception, mise en place, réajustement, bilan), nous observerons plus particulièrement ce qui performe et ce qu’il faut améliorer. C’est l’étape de recherche-action. Le fruit de ces expériences servira de base pour la suite.

Innovation écologique

C’est la journée de l’année, les ambassadeurs présentent le contexte et réalisent des propositions qui sont amendées puis validées par tous les membres de l’entreprise. Ils définissent l’organisation pratique pour la mise en oeuvre. Les ambassadeurs ne font pas, ils suivent uniquement les avancées, mesurent l’impact et démarrent d’autres chantiers.

Cette journée se réalise avec toute l’entreprise. Les clients, les fournisseurs et les partenaires peuvent aussi contribuer.
Ces journées servent à définir collectivement les défis que se lancent l’entreprise puis à déterminer ensemble
les moyens de mises en oeuvre. C’est l’instant de transmission des savoirs, de créativité, d’intelligence collective, de la cohésion, des décisions concrètes…
Les ambassadeurs réalisent des propositions d’actions sur la base des compétences qu’ils ont développés et des
enquêtes menées. Ils ne seront pas responsables de la mise en oeuvre des solutions adoptées mais du suivi.
C’est lors de cette journée que les acteurs de la réalisation de la solution sont identifiés.
Ces temps ont lieu généralement 1 à 2 fois par an mais peuvent être plus fréquents en fonction des besoins.

Mise en pratique, réajustements et célèbration

Chacun fait sa part pour la mise en oeuvre des solutions. Les ambassadeurs suivent les avancées, ils mesurents l’impact puis trouve de nouveaux chantiers. Ils recommencent l’étape 6 à 8 à l’infini.

« Par delà l’outil, c’est la posture du facilitateur qui fera toute la différence. »

Rôle du facilitateur

Plus qu’un animateur, le facilitateur donne à toutes les demandes de la légitimité en accompagnant les parties prenantes à se mobiliser pour la résolution. Il sait, avec fluidité, gérer les conflits, passer de l’individuel au collectif, reformuler et tirer les problématiques sous jacentes des sujets les plus bateaux, démocratiser la technique … Il s’occupe de mobiliser, de faire émerger les problèmes. Il s’assure d’un dialogue équilibré, simplifie les échanges… Il forme aux règles de base d’une culture de la collaboration saine et productive. Il pose le cadre. Il sait gérer le processus pour en garantir l’efficacité

Chloé LESAGE

Facilitatrice en démarches participatives

https://www.chloelesage.fr/

Passionnée par l’humain et facilitatrice chevronnée, Chloé a réalisé 15 ans d’expérience de projets à impact dans le secteur associatif, l’entreprenariat et les collectivités territoriales. Dernièrement, elle était responsable de la mise en œuvre du Contrat de Transition Écologique pour deux EPCI rurales. Titulaire d’un Master 2 Sciences Politiques ingénierie de la concertation à la Sorbonne avec Loic Blondiaux, elle réalise son stage de fin d’étude par la mise en place de la transition écologique auprès des 460 salariés de Chronoflex, l’entreprise libérée par Alexandre Gérard. Exploratrice, elle investit les champs du développement local, de l’ingénierie de projet, de l’intelligence collective, de l’innovation méthodologique et sociale, de l’économie circulaire, de la transition écologique, … Elle se défini comme facilitatrice d’une politique engagée, d’ingénierie de mise en œuvre et d’accompagnement du vivant. Depuis 2021, elle met toute son énergie et son expertise au service des entreprises et des collectivités d’Alsace au sein de son entreprise Eurythmia. Entre autre, elle y a créé des commerces en centre-ville en 36h dans plusieurs villes de France à travers des Hackathons, formé 60 dirigeants au management par la confiance, développé de nouveaux process avec des méthodes collaboratives, formé les chefs de projets ESS strasbourgeois ou encore des architectes au travail d’équipe efficace…

Sa devise ? Bonheur et efficacité. Son sport ? Le rugby féminin…

Plus d’information sur son parcours professionnel.

#démarches participatives #ingénierie de projet  #impacts positifs #intelligence collective 

Chloé Lesage Facilitatrice de projet Alsace Eurythmia 67

Garanties

Une méthodologie structurée par phases, innovante et rapide. L’idée est d’entreprendre en cohérence avec notre époque.

Des formats expérientiels, créatifs et innovants qui rendent les sujets plus ludiques.

Des interventions vraiment centrées sur l’expertise des utilisateurs.

Au commencement, un contrat est passé entre les 2 parties pour créer l’espace de co-construction, de liberté et de responsabilité de chacun.

Tout ce qui est vu, compris ou entendu restent confidentiel. Le facilitateur a un devoir de secret.

Des points de contrôle ponctuels sont organisés tout au long du parcours pour vérifier et bonifier l’accompagnement.

Une supervision constante est organisée auprés des facilitateurs pour développer l’amélioration continue. 

Un réseau de professionnel toujours disponible pour réorienter si besoin ou pour intervenir en complément sur des compétences spécifiques.

En quoi peut-on vous aider ?

Un premier échange permettra de définir ce que nous pouvons réaliser ensemble. 

Contact transition écologique entreprise

10 + 13 =

Témoignages

Charlotte RETTE

Chloé tu as fait bien plus! tu as été à l’écoute du centre d’un collectif qui ne se connaissait pas lui même, tu t’es adaptée à nos besoins, envies et nos contraintes logistiques. Tu nous as fait rire, sourire, pleurer et aider à poser nos premières pierres. La semaine a été intense mais nous ne pouvions rêvez meilleur accompagnement . un grand grand MERCI ! l’aventure continue et tu peux t’en féliciter!
Je te recommanderai en toute confiance auprès d’autres collectifs même si intérieurement je souhaiterai que tu deviennes notre facilitatrice attitrée 😉😘

FAQ

Où intervient Eurythmia ?

L’équipe d’Eurythmia intervient en Alsace. Mais c’est grand l’Alsace ! Chaque proposition est étudiée, tout dépend de la distance, de la durée des interventions, du volume de travail, du nombre d’intervenants nécessaires …

Les prestations peuvent se faire au sein de votre entreprise si le lieu le permet ou au sein d’un lieu mis à disposition. Il est possible de coupler du présentiel à de la visio si c’est opportun.

Quel est votre projet ? contact@eurythmia.fr

A votre service

Votre facilitateur de projet.

Intelligence collective Alsace

Intelligence Collective

Facilitateur en transition écologique Alsace 67

Transition écologique

Facilitateur innovation entreprise 67

Innovation

Hackathon Eurythmia Intra Entreprise

Hackathon

Formation entreprises à impacts positifs Alsace 67

Formation Impacts Positifs

Formation Entreprendre en confiance Alsace

Entreprendre en Confiance

Coaching et leadership

Coaching & Leadership

Management d'équipe Entreprise Alsace 67

Management d'équipe

Analyse de pratique en entreprise

Analyse de pratique

Contact

 06 71 46 71 67 – contact@eurythmia.fr

6 + 9 =